We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

Vertige

by Basalte

supported by
Jordan Vauvert
Jordan Vauvert thumbnail
Jordan Vauvert Je ne soulignerai jamais assez à quel point Basalte mérite d'être entendu. Les quatre titres, à la durée conséquente, dessinent une spirale qui nous entraîne vers une chute inexorable ; les murs sonores qui terminent chaque morceau ne cessent de nous le rappeler. Pas de promesse d'un monde meilleur car les exigences sociales, absurdes, sont autant de boulets que l'on traîne. Favorite track: Ce que le corps doit au sol.
Can This Even Be Called Music?
Can This Even Be Called Music? thumbnail
Can This Even Be Called Music? Far from droning along, the chord progressions on the four tracks are quite expressive, which leads to some grandiose moments.
Review: wp.me/p3mIfa-o8k
Olivier Falardeau
Olivier Falardeau thumbnail
Olivier Falardeau Doux Jésus, j'en ai mon voyage!?! Favorite track: Ce que le corps doit au sol.
DLR
DLR thumbnail
DLR passionate. blossoming. tremendous. ultimate.
Kronos
Kronos thumbnail
Kronos Cptivating and expansive, this album is not about songs per se, but the chanels that connect the sounds. A beautiful composition. Favorite track: Ce que le corps doit au sol.
Shapeshifting
Shapeshifting thumbnail
Shapeshifting One of the finest black metal albums of the year imo. Drenched in attacking atmospheric wall of sounds yet got a desperate melancholic feel to it. Favorite track: Ce que le corps doit au sol.
more...
/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
Des cernes tristes se dessinent sur un visage tombant en lambeaux. Des reflets nostalgiques s’effacent des résidus âcres d’un vécu magnifié par l’illusion et décoloré par le temps. L’insuffisance des souvenirs ôte sa splendeur — ne laissant que peau morte — au corps vieillissant, revêtant un habit monochrome, parure vertigineuse voilant la mort de l’âme et l’engrais du sol. Vermine à découvert, son masque qui dépérit n’est pas abandon ; que défiguration. Il verse une larme sur la dîme des hommes ; se retire tranquillement comme l’imposteur de sa propre existence, son reflet fragmenté lui paraissant ô combien plus familier. Fin de siècle funèbre, un cadavre tourne le dos au ciel, creuse vers ses semblables, y cherchant son désespoir.
2.
Un seul totem fixe au milieu d’une chambre forte, souillé par la honte et vacciné aux crises d’angoisses. Sa cloison obstinée est un exil vide de sens. Agenouillé et omniscient, immobile, pour que nul ne l’aperçoive. Ivre de toxines, cette statue de marbre brille d’un éclat infect. Voilé par sa mue excédante, pétrifié, il contemple sa surdose pour faire suite aux sécrétions de sa prose et l’emporter vers sa gestation. Dans ses veines arborescentes, un venin se fige. Poison imaginaire se solidifiant sous sa chair. Abreuve-toi de son sang, car ce totem n’est plus.
3.
Acouphène 08:49
Estampes faites de vide et d’angoisse sifflent à l’oreille un vertige quotidien, cristallisant la répulsion du calme. Somnambulisme paranoïaque perforé par les lésions de la quiétude. Cacophonie des sourds qui hallucinent dans la pléthore de figurants muets aux hurlements éteints. Scintillement futile, tympans stériles, épiphanie, calomnie. Les maux disparaissent, mais l’acouphène reste. Le vacarme ambiant y est perméable comme une plaie ouverte qui jamais ne coagule. S’étourdir, fuir l’accalmie, noyer l’écho, retrouver le silence d’où émerge ce cillement. Claustrophobe, le corps névrosé gît, un parasite dans le crâne. Les nerfs coupés pour effacer l’assourdissement, mettre à terme la langueur supplicieuse, rumeur incessante, leurre irréversible.
4.
D’un simple regard apathique, j’observe le relief inachevé. Fantôme instigateur d’un malaise omniprésent. Prisonnier d’un univers immuable, errant dans ce brouillard trouble aux issues rarissimes. Mis en phase, je ne suis qu’une carcasse flottante, planant dans l’absinthe. Extase sempiternelle transcendant tous les niveaux de l’existence, précipitant ma chute. Je tombe sans cesse dans les limbes de mon tourment, condamné à ce cycle perpétuel.

about

Musique, paroles, enregistrement et mixage par Basalte.
Matriçage par Gaël Poisson-Lemay.

Cassettes disponibles via GBS Records et Black Arts Worship : gbsrecord.bandcamp.com/album/vertige
blackartsworshiprecords.bandcamp.com/album/vertige

MMXVIII

credits

released February 17, 2018

license

all rights reserved

tags

about

Basalte Montreal, Québec

contact / help

Contact Basalte

Streaming and
Download help

Report this album or account

Basalte recommends:

If you like Basalte, you may also like: